Interview exclusive de Christine Massoure, Directrice Générale de N’PY

Toujours innover pour maitriser son avenir.

Alpinews :  N’PY est une structure qui n’a pas d’égal dans les autres massifs français , quels sont les spécificités des Pyrénées qui ont permis l’émergence de N’PY ?
Christine Massoure : Les exploitants de domaines skiables ont longtemps eu une tradition de collaboration pour traiter en commun des sujets tels que la formation mais également la négociation de la réduction du temps de travail ou la certification qualité. En 2003, 4 d’entre eux, directeurs de l’Etablissement Public des stations d’altitude (Gourette, La Pierre St Martin et Artouste remplacé depuis par le petit train touristique de la Rhune) , Luz Ardiden, Grand Tourmalet (Barèges, La Mongie) et Luz Ardiden ont proposé à leurs élus d’aller plus loin dans la mutualisation et de créer une structure permettant de mettre en commun des moyens pour acheter en commun, former les salariés, partager les bonnes pratiques mais aussi pour assurer la commercialisation de leurs domaines skiables. Cette volonté partagée entre les élus et techniciens a donné naissance en 2003 a une association fiscalisée transformée dès 2004 en la société d’économie mixte N’PY. Aujourd’hui, N’PY est une marque commune et gère 25% du chiffre d’affaires total des domaines skiables au travers des ventes internet et du produit d’abonnement, la carte no souci (90 000 abonnés).
Les Pyrénées n’ont que très peu d’intermédiaires pour assurer leur commercialisation et des tailles de domaines skiables qui ne peuvent suffire à séduire une clientèle internationale mais une volonté farouche de pérenniser leurs exploitations qui sont le moteur de l’économie touristique. N’PY est un moyen pour innover dans l’objectif de satisfaire les clients et améliorer les comptes de résultats …
 
Alpinews : Vous avez l’objectif d’étendre votre activité à la commercialisation de l’ensemble des prestations de vos territoires et de générer 75 millions en 2025, quels moyens allez-vous mettre en place ?
Christine Massoure : L’activité de N’PY s’est développée autour de la vente de forfaits de remontées mécaniques, l’objectif initial était d’améliorer la connaissance et la commercialisation de journées ski pour des clients de proximité (sud-ouest France et nord est Espagne). Aujourd’hui, N’PY est une marque fortement installée auprès des clients des domaines skiables, elle a développé une connaissance intime de sa clientèle avec une base de donnée de 480 000 clients qualifié, un site internet puissant (1.5 M visiteurs uniques) et des moyens de commercialisation importants. Ces acquis permettent d’envisager une nouvelle étape qui conduit au développement d’une place de marché, N’PY Resa, permettant la commercialisation de l’ensemble des produits de sa destination touristique sur toutes les saisons. Cette nouvelle ambition est motivée par la nécessité d’améliorer la transformation des nuitées en journées ski sur un marché des sports d’hivers mature et ou plus de 80% du chiffre d’affaire est réalisé par des clients en séjours.
 
Alpinews  : Comme toutes les destinations de sports d’hiver, vous êtes confrontés a la problématique des lits froids. Quelles sont les initiatives à venir de N'Py sur ce sujet ? Quelles seraient vos préconisations "idéales" à moyen terme ?
Christine Massoure : En qualité de groupement d’exploitants de domaines skiables, notre avenir passe par un meilleur remplissage des lits existants. Pour ce faire, il faut optimiser le remplissage puis améliorer la transformation des nuitées en journées ski ce que nous faisons avec la place de marché. Deux autres points sont également à travailler, améliorer la qualité des lits mis en marché pour qu’ils répondent aux attentes des clients et en augmenter le volume non en supputant sur des hypothétiques création de lits neufs mais en mettant en marché des lits existants. Plusieurs initiatives ont été mises en place par N’PY, un programme propriétaires qui « récompense » les propriétaires permettant l’occupation de leurs biens par des tiers et une offre de rénovation « clé en main » proposée en partenariat avec nos partenaires crédit agricole et ses filiales et EDF. Nous sommes également en train de réfléchir à la requalification d’anciens établissements en déshérence pour créer une offre ciblée.
Je n’ai pas de préconisations « idéales » pour reprendre vos termes mais je suis certaine que l’avenir des exploitants de domaines skiables passe par une implication active dans la mise en marché et que le modèle consistant à rémunérer les hébergeurs pour améliorer la vente de ses journées ski a vécu. Les évolutions technologiques nous permettent d’imaginer des systèmes collaboratifs ou chacun peut devenir un canal de commercialisation pour les autres prestataires. La mutualisation des moyens devient également un enjeu majeur pour limiter l’impact des majors OTA ou PAP qui n’ont aucune logique de territoire. Bref, toujours innover pour maitriser son avenir !
 
Alpinews : N'PY représente 55 % du marché des Pyrénées. Avez-vous l’objectif d’intégrer a court ou moyen terme d’autres stations pour élargir votre offre ?
Christine Massoure : Nous sommes en effet, sollicités par un certain nombre de collectivités mais l’intégration de nouveaux domaines skiables dans la société actuelle est onéreuse car la société a acquis beaucoup de valeur mais nous sommes en train de filialiser l’activité commerciale pour se doter de moyens supplémentaires tout en gardant la maitrise du développement. Dans le cadre de cette nouvelle société, nous pourrons éventuellement envisager des accords avec des domaines skiables qui ne seraient pas actionnaires dans la perspective de créer des alliances stratégiques pour pénétrer de nouveaux marché ou conforter notre position. La priorité est donc le lancement de N’PY resa et la création d’un canal de distribution au service des territoires.

30-03-2015 à 10:27:55